Sébastien Jodoin

Sébastien Jodoin est un Professeur adjoint à la Faculté de droit de l’Université McGill et est le titulaire de la Chaire de recherche du Canada (niveau 2) sur les droits humains et l’environnement. Il est également un membre du Centre de McGill sur les droits humains et le pluralisme juridique et un membre associé de la Max Bell School of Public Policy et de l’École d’environnement de McGill. Sa recherche porte principalement sur deux grandes thématiques: la relation entre les droits humains et les efforts visant à résoudre des problèmes environnementaux complexes et les processus juridiques et politiques pouvant mener à des solutions effectives et équitables à la crise climatique.

Prof. Jodoin est l’auteur de Forest Preservation in a Changing Climate: REDD+ and Indigenous and Community Rights in Indonesia and Tanzania (Cambridge University Press, 2017) et le co-directeur du Routledge Handbook of Human Rights and Climate Governance (Routledge, 2018). Ses travaux ont été cités par le Groupe international d’experts sur le climat et le Haut-Commissaire des Nations Unies sur les droits humains. Il est régulièrement sollicité pour agir comme consultant auprès de nombreuses organisations internationales et non-gouvernementales, dont la Banque mondiale, le Climate Development Knowledge Network, le Climate Land Use Alliance, le Forum des Fédérations, l’Organisation internationale du droit du développement, le Programme des Nations Unies pour l’environnement et le World Future Council.

Ancien boursier de la Fondation Trudeau, Prof. Jodoin détient un Ph.D. en études de l’environnement de l’Université Yale, un M.Phil. en relations internationales de l’Université de Cambridge, un LL.M. en droit international de la London School of Economics et un B.C.L. et LL.B. de l’Université McGill. Avant de se joindre à l’Université McGill, il a travaillé à la section canadienne d’Amnistie internationale, aux Tribunaux pénaux internationaux des Nations Unies pour le Rwanda et l’Ex-Yougoslavie, au Centre de droit international du développement durable et au Centre canadien pour la justice internationale.