Fannie Lafontaine

Fannie Lafontaine est avocate, professeure titulaire à la Faculté de droit de l’Université Laval et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la justice internationale pénale et les droits fondamentaux. Elle est membre régulier de l’Institut québécois des hautes études internationales et co-directrice du Centre de droit international et transnational de l’Université Laval. Elle est la fondatrice et co-directrice de la Clinique de droit international pénal et humanitaire, récipiendaire du prix « Hommage aux innovations sociales » de l’Université Laval. Avant de se joindre à l’Université Laval, elle a entre autres été conseillère et spécialiste en droits de l’homme au cabinet exécutif de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme à Genève, adjointe au Président et spécialiste en droits de l’homme au sein de la Commission internationale d’enquête sur le Darfour, avocate au Centre de justice globale (Justiça Global) à Rio de Janeiro au Brésil, auxiliaire juridique auprès de Mme la juge Louise Arbour à la Cour suprême du Canada et avocate au cabinet McCarthy Tétrault à Montréal. Elle est diplômée de l’Université nationale d’Irlande Galway (Ph.D. 2011), avec honneurs de 1st class de l’Université de Cambridge (LL.M. 2004) et avec distinction de l’Université Laval (LL.B.1999). Elle est l’auteure de l’ouvrage Prosecuting Genocide, Crimes Against Humanity and War Crimes in Canadian Courts (Toronto: Carswell, 2012), co-auteure de la publication annuelle Chartes des droits de la personne (Wilson & Lafleur) et auteure de nombreuses autres publications en droit canadien et international. Elle agit à titre d’experte et consultante dans des projets de coopération internationale et auprès d’organisations vouées à la protection des droits humains. En 2015, elle a été nommée par le gouvernement du Québec pour agir comme observatrice civile indépendante de l’enquête du Service de police de la ville de Montréal sur des allégations d’actes criminels commis par des policiers d’autres corps de police contre des membres des Premières Nations. Elle est membre notamment du Barreau du Québec, des conseils d’administration d’Avocats sans frontières Canada, du Conseil canadien pour le droit international, de la Société québécoise de droit international et du comité éditorial du Journal of International Criminal Justice.